Sortie en famille à la rencontre du guépard

Si vous en quête d’une sortie avec toute la famille, permettant de vous sensibiliser à la cause animale, le guépard s’avérera​ être une rencontre inoubliable !

On attribue au guépard le record sur la vitesse, parce que c’est l’animal le plus rapide au monde. Le guépard est un félin dont la particularité lui permet d’ « effleurer » le sol quand il entame sa course. En effet, les griffes du guépard ne sont pas rétractiles, il aura donc le pouvoir de prendre plus d’élan pour mieux bondir avec une plus grande enjambée. Le guépard se distingue ainsi des autres félins grâce à une vitesse pouvant atteindre les 110 km/heure. L’aérodynamisme de sa morphologie, additionné de la puissance de ses muscles lui confèrent cette capacité à être très rapide. Avec un poids moins important entre 36 et 72 kg avec une moyenne de 48 kg chez les mâles et entre 21 et 42 kg chez les femelles, les guépards ont tous les atouts pour une agilité optimale.

Le guépard est un félin dont la taille n’est pas si imposante. Il mesure seulement entre 1,10 et 1,50 mètre pour une hauteur au garrot de 90 centimètres au maximum. Le guépard arbore une jolie robe blanche ou beige pâle tachetée d’imprimés ronds ou ovales noirs. Sa belle fourrure lui confère une beauté hors pair. On rencontre le guépard en Afrique et dans les parties Ouest de l’Asie. Il vit essentiellement dans les forêts tropicales et dans les environnements semi-désertiques. La longévité du guépard est estimée en moyenne entre 12 et 14 ans, mais certains spécimens à qui l’on offre des habitats et des soins spécifiques ont pu vivre jusqu’à 21 ans. Pour admirer cette espèce, plusieurs parcs zoologiques en France vous permettront de l’observer au plus près.

Les habitudes et le comportement du guépard

Les guépards vivent en communauté, et ce, pour toute leur vie. Les membres d’une troupe sont essentiellement des fratries qui sont issus de la même portée. Ce concept de coalition permet de se reconnaître et de préserver le territoire. Ce carnivore se nourrit de proies qu’il traque pendant des heures de chasse puisque, contrairement à d’autres fauves, le guépard chasse pendant le jour, tant que la lumière y est. Le meilleur allié du guépard pour chasser est la vision. Le guépard, pour se communiquer, gazouille, ronronne, miaule et siffle, il ne rugit pas comme les autres félins.

Le guépard n’est pas comme tous les autres fauves qui s’attaquent aux bétails, il traque seulement les proies de petite taille. Le guépard apprécie la viande de jeunes veaux de gnou, les jeunes antilopes et gazelles, certains rongeurs et les pintades. Le guépard chasse à l’affût, il surveille scrupuleusement sa proie, s’en approche discrètement et se précipite sur sa victime, seulement, sa chance de réussir sa quête dépend de la taille de sa proie. Face à d’autres prédateurs comme le lion et le léopard, le guépard préfère utiliser sa rapidité et évite le combat pour ne pas se blesser.

Il n’y a pas de saison propice pour l’accouplement chez le guépard, mâle et femelle peuvent s’accoupler à tout moment. La gestation dure plus de 90 jours et la femelle donne naissance à trois à cinq chatons-guépard. La femelle prend alors retraite et se retire pour être seule afin d’élever sa progéniture. Les petits naissent déjà avec les fameuses taches qui font la beauté de cette espèce. La maman s’occupe assidument de ses petits qui s’attachent à elle et la suivent partout pendant 18 mois. Pendant cette période, elle leur apprend les rudiments de la chasse, les procédés de survie. Ce n’est que quand ils atteignent les 2 ans qu’ils quittent leur mère. Les mâles restent entre eux tandis que les femelles prennent la route chacune de son côté. Le mâle entame sa sexualité à 3 ans et la femelle connaît sa première expérience sexuelle plus tôt, à 2 ans.

Les situations qui menacent le guépard

Actuellement, le guépard est classé comme espèce vulnérable par l’UICN. On ne compte plus que quelques individus vivant à l’état sauvage. Le nombre est passé de 100 000 au début du XX è siècle pour ne plus compter qu’un peu plus de 7 100 spécimens ces deux dernières années. Ce déclin est souvent dû à l’avancée trop rapide de l’urbanisation de certaines zones dans lesquelles se concentre l’espèce. La déforestation et le changement climatique sont aussi les principales raisons de cette menace d’extinction. La chasse clandestine pour sa jolie fourrure reste également un fléau qui met en péril l’espèce.

Les organismes protecteurs de la faune ont tiré la sonnette pour protéger le guépard de ces dangers. Les reproductions en captivité sont adoptées pour augmenter sa population, sauf que les guépards en captivité sont plus exposés à différentes maladies. Les chercheurs se penchent alors là-dessus et ne lésinent pas sur leurs efforts pour y remédier. La sensibilisation des habitants environnants sur la préservation du milieu naturel de ce félin est aussi une des mesures prises.

Une belle opportunité de connaître le guépard

On reconnaît que le guépard possède la plus belle fourrure et la plus belle allure chez les fauves. Il est possible de voir sa très belle prestance, d’admirer sa rapidité et de constater sa qualité de grand spécialiste de danger. Le parc a aménagé un environnement qui répond aux besoins du guépard, à ses rituels et à ses particularités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *